Rubresus Association de protection et sauvegarde de l’environnement des Basses Plaines de l’Aude

Eau de six communes de l’Ouest Narbonnais: non conforme mais potable!

 

 

C’est avec cette formule ambiguë que le Grand Narbonne tente de rassurer les habitants des six communes concernées par une pollution chronique et pérenne des captages assurant leur approvisionnement en eau potable.

Depuis 2014,  les analyses de l’eau potable distribuée à Marcorignan, Montredon-des-Corbières, Moussan, Névian, Raissac d’Aude et Villedaigne font état d’un dépassement régulier du seuil maximal autorisé (0,1 µg/l) pour un résidu de pesticide: l’atrazine déséthyl déisopropyl. Malgré des pics de 5 à 10 fois supérieurs à la limite jusque là autorisée, les autorités considèrent que l’eau reste potable sans restriction d’usage. Pour ce faire, la Préfecture a tout bonnement fait passer par arrêté  le seuil de  0,1 µg/l à  2 µg/l pour ce perturbateur endocrinien reconnu. Avec des doses autorisées 20 fois supérieures à l’ancienne norme de qualité, les consommateurs sont donc exposés à des concentrations que les autorités ne jugent pourtant pas suffisantes pour limiter la consommation d’eau « potable » de ces communes.

Rubresus, dans sa contribution  à l’enquête publique « Projet de révision du SAGE Basse Vallée de l’Aude », ne se contente pas d’alerter les consommateurs et les autorités, elle propose également des solutions simples au coût raisonnable. Il est urgent d’agir: l’arrêté préfectoral portant sur l’augmentation des seuils court jusqu’au mois de décembre 2018. Et après?

Contribution Rubresus SAGE BVA

Relevé des concentration d’Atrazine dans les communes concernées

Arrete prefectoral portant derogation au seuil atrazine 2015

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *