Rubresus Association de protection et sauvegarde de l’environnement des Basses Plaines de l’Aude

Une eau durablement polluée aux pesticides dans certaines communes du Narbonnais?

Les informations révélées par l’Indépendant du 26 novembre sur la mauvaise qualité de l’eau potable en différents lieux du département sont inquiétantes. L’ARS relativise ce bilan par des résultats ponctuels et épars concernant divers paramètres chimiques (excès de chloration, éléments minéraux, organiques) et biologiques (germes) de la qualité de l’eau. Afin de dresser un état des lieux plus exhaustif et plus représentatif, RUBRESUS souhaiterait que soit pris en compte un autre point très important : les pesticides, pollution qui affecte de façon régulière la qualité de l’eau du robinet.

Les premières alertes du printemps 2014 sur les teneurs excessives en dérivé d’atrazine (herbicide agricole) de l’eau distribuée dans plusieurs communes de l’ouest narbonnais : Marcorignan, Montredon-des-Corbieres, Moussan, Névian, Raissac d’Aude et Villedaigne, ont conduit le Ministère de la Santé et l’ARS à déclarer un temps l’eau non potable. Face à la répétition des résultats défavorables, l’eau « non potable » a été ensuite requalifiée sur le site du ministère (orobnat.sante.gouv.fr) comme non conforme mais apte à tous usages de consommation ! Les pouvoirs publics et responsables ont relativisé le problème en le présentant alors comme un pic ponctuel, avec comme seule disposition un contrôle analytique plus fréquent.

Les résultats de 2015 étaient donc très attendus. Or, de mars à fin octobre 2015, aucune analyse n’a été mise en ligne sur ce site, ce qui a accru l’inquiétude des riverains. Il a fallu attendre courant novembre pour pouvoir enfin accéder aux résultats des 6 derniers mois.

RUBRESUS présente ici une synthèse des analyses de ce dérivé d’herbicide que l’on retrouve dans l’eau distribuée dans les 6 communes concernées, dans ce tableau.

Premier constat : alors que les recommandations de l’ARS incitaient en 2014 à une fréquence plus importante d’analyses, on note au contraire un nombre plus restreint d’analyses en 2015 pour 5 communes sur 6, alors que les teneurs de ce pesticide dépassent systématiquement la limite de qualité.

Deuxième constat : la pollution de l’eau potable s’avère chronique. 93% des prélèvements effectués depuis 18 mois (50 sur 54 résultats quantifiés) présentent une teneur supérieure à la limite de qualité. L’amplitude du dépassement de la limite de qualité est très importante : dans 59% des cas les concentrations sont plus du double de la limite de qualité et les teneurs 5 fois supérieures à la norme concernent 1 analyse sur 6.

Troisième constat : 5 communes (hormis Montredon) sont alimentées par un même circuit dont la teneur excessive en dérivé d’atrazine est persistante. La qualité de l’eau distribuée à Montredon-des-Corbières, (réseau distinct) est encore plus préoccupante. La concentration maximale relevée y a atteint le record de 13 fois supérieure à la limite de qualité.

 Devant la persistance avérée de cette pollution, le jargon officiel de l’ARS et autorités augmente le trouble des consommateurs, entretient une grande confusion et met en lumière l’incohérence des critères de qualité considérés. Ainsi, même avec des teneurs jusqu’à 13 fois supérieures à la limite de qualité, l’eau est « non conforme aux normes et peut être utilisée sans restriction d’usage » !

Après avoir relativisé le problème dans sa phase initiale, les autorités restent silencieuses et donnent l’impression de ne pas prendre en compte la réalité d’une situation très préoccupante.  Cela fait 18 mois que l’eau distribuée à près de 7000 habitants est non conforme, sans que la population n’en soit alertée et ni que des mesures efficaces n’aient été proposées. Pourtant les impacts des pesticides sur la santé sont forts : perturbateurs endocriniens, cancérigènes, …, et les spécialistes se posent des questions sur les effets cumulés avec les autres polluants.

 Cliquez ici pour retrouver synthèse des analyses

 

 


2 Commentaires

  1. Boucher

    Bonsoir , bonjour …..

    J’habite Marcorignan depuis 4 ans env…..

    J’ai rencontré Le Maire de mon village , vers le 10 Janvier

    2016 :Mr Aimé Laffon , dans sa Mairie …. Il était assisté de son

    1°Adjoint Mr Banos , 3°Mr Faure ….. J’étais venu pour un autre

    problème ( Poubelles qui débordent , et rotations insuffisantes des

    camions ) Et j’ai évoqué cette rétention d’informations , rien de

    compréhensible , pour le Citoyen lambda sur l’affichette de la

    Mairie , et bien sur , rien , sur le bulletin Municipal !!!!!!

    L’argumentaire de Mr le Maire : Sa Maman a 101 ans , elle a toujours

    bu l’eau du robinet , il ne faut pas s’inquiéter !!!!!!! Seulement

    voilà , Mr le Maire a des Vignes ……

    Bien cordialement …..

    sujet

    • stephane

      Bonsoir Madmame,

      Tout d’abord, merci pour votre commentaire qui confirme la gêne des autorités sur ce sujet épineux. En tant qu’association, nous nous battons (voir presse locale et notre site) pour que les responsables cessent de minimiser le danger de ces pollutions chroniques. Nous exigeons par ailleurs que les consommateurs, en particulier les personnes à risques, soient clairement informés des risques encourus.
      Si vous pouviez nous tenir au courant de l’évolution de ce dossier sur Moussan, nous pourrions être encore plus à mêmes de faire avancer ce dossier.
      Bien cordialement,

      Rubresus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *